Le prédateur

Qui est le prédateur ?

• Il avance masqué, se présente comme « Monsieur Tout le monde ».

• Dans 60% des cas, la victime connaît son agresseur : parent, ami de la famille, voisin, enseignant, éducateur ….

• 90 à 95% sont des hommes. Il peut y avoir des femmes pédophiles, mais elles sont peu nombreuses (5 à10%). Ces cas sont rares et assez difficiles à prouver. On sait peu de choses à l’heure actuelle concernant les femmes et la pédophilie

• Il s’arrange pour organiser sa vie autour des enfants. On retrouve nombre d’agresseurs d’enfants dans tout ce qui touche à l’enfance (écoles, colonies, sport…)

• Il peut être attiré uniquement par les garçons, uniquement par les filles, ou à la fois par les filles et les garçons

• Etre pédophile n’exclut pas le fait d’être marié, père ou mère de famille

• On trouve des pédophiles dans toutes les couches de la société

• Même jeune (en dessous de 16 ans), il peut y avoir un comportement de prédateur sexuel

• Ce n’est pas une maladie, c’est une perversion et ça ne se soigne pas. C’est un scénario qui le fait jouir.

Où a lieu l’agression ?

• L’agression a lieu le plus souvent dans des endroits considérés comme sûrs (maison familiale, école, club sportif….)

• Elle peut aussi avoir lieu dans un lieu éloigné de son domicile. Dans ce cas, il choisira une victime inconnue. Il peut attirer l’enfant par toutes sortes de moyens (prétexter être envoyé par ses parents pour venir le chercher à la sortie de l’école, demander à l’enfant de monter en voiture pour lui indiquer un chemin, offrir un cadeau à l’enfant ou encore le menacer).

Quelle fréquence, quelle durée pour les agressions ?

-• L’abus sexuel peut être ponctuel mais il s’établit aussi parfois une relation durable et complexe entre l’enfant et le pédophile.

• Dans 40% des cas, l’enfant est victime d’agressions répétées. Comme l’agresseur le convainc la plupart du temps de garder le silence sur leur relation, cela peut continuer jusqu’à l’adolescence.

Comment le prédateur agit-il ?

• Il est malin, connaît la psychologie de l’enfant. Il choisit sa victime et avec beaucoup de patience (il prend son temps, il peut attendre jusqu’à 1 an), il va créer un lien d’amitié avec l’enfant.

• Peu à peu il va développer une stratégie d’engagement, c’est-à-dire qu’il va aller de plus en plus loin : nudité caresses, bisous, acte sexuel ou pas

• On peut comparer la stratégie d’approche du prédateur à la chasse : repérage, isolement de la proie (en sortant l’enfant de son groupe de camarades), création du faux lien amical avec l’enfant

• Le prédateur se « camoufle » dans la famille, il inspire la confiance aux adultes

• L’abuseur développe des stratégies et utilise la confiance que les adultes ont en lui.

• En général, l’agression sexuelle ne comporte aucune violence physique. L’agresseur utilise plus la persuasion, les menaces ou la corruption…

• Le prédateur se montre gentil, prévenant et attentif aux centres d’intérêt de l’enfant. Il a peu de risque d’être dénoncé par l’enfant si ses parents sont peu présents et le prédateur aura d’ailleurs noué davantage de liens affectifs avec l’enfant que celui-ci en a avec ces parents.

• Il peut s’attaquer à un enfant par l’intermédiaire de ses relations familiales ou de voisinage. Il tente parfois de gagner la confiance de la mère, de l’entourage familial.

• Un passage à l’acte plus impulsif, plus violent et donc plus rapide, est très rare.

• Il peut y avoir acte sexuel ou non

.